Mon compte

Identification OPAC

Mes recherches

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

min batardeistanbulUne histoire émouvante et une plongée dans la Turquie d'aujourd'hui! (Phebus, 2007)

La Turquie est une terre de contrastes et de paradoxes. Le centre névralgique de ce pays est Istanbul, une ville comme aucune autre, pétrie d’histoire et de modernité.

Dans ces rues à même le macadam, blotti dans une couverture sans âge, un hippie se réveille difficilement de sa nuit. Il croise une femme perchée sur ces hauts talons, celle-ci court après son tram pour se rendre à son travail. Un peu plus loin à la terrasse du café dans un nuage de fumée ocre, un kémaliste disserte avec son ami le poète libertaire du bien fondé de l'indépendance de la nation.

Bienvenu au café Kundera !!!

« La bâtarde d’Istanbul » croise les destins de deux familles foncièrement différentes et pourtant si proches.

En Arizona, Rose coule des jours tranquilles. Cette américaine pure souche partage son temps, entre son mari turc Mustapha, la junk food, beaucoup de télévision et sa fille : la jeune et pétillante Armanouch, fruit de l’union de sa mère avec un américo-arménien.

A des milliers de kilomètres de là, à Istanbul vit une singulière famille, dénuée d’hommes : les Kazanci. Ce matriarcat létal se compose de la jeune et sauvage adulte Asya, de sa grand-mère et de ses tantes. A force d’entendre parler du passé douloureux de sa famille arménienne, Armanouch se rend là où tout a commencé : Istanbul. Une fois sur place, elle est accueillie par la famille de son beau père : Mustapha Kazanci. Accompagnée d’Asya « la bâtarde », Armanouch commence alors une immersion douloureuse dans l’histoire d’un pays ô combien paradoxal !!!

Ce livre n’est pas sans rappelé « De l’autre coté », le film de Fatih Akin. Ces destins croisés où naissent les tragédies de l’existence ! J’ai beaucoup aimé ce livre, Elif Shafak manie admirablement la plume, le lecteur est accroché de façon quasi immédiate. On appréhende la dernière page car on quitte à regret une galerie de personnages hauts en couleurs.

Nicolas

Voir sur le catalogue

L’ajout de commentaire n’est pas autorisé, vous devez vous connecter