Mon compte

Identification OPAC

Mes recherches

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

min haysNouvel âge, nouvelles règles

Le code Hays, en vigueur depuis 1934, interdisait toute représentation de la sexualité, toute forme de nudité et de violence. Les « gentils » du film servent un but moral et sont récompensés, pendant que les « méchants » sont sévèrement punis. En 1966, le code Hays est définitivement abandonné. Les tabous sont brisés, et les cinéastes s'autorisent désormais à représenter la violence, la sexualité, la corruption des pouvoirs politiques.

Le cinéma du Nouvel Hollywood est en prise avec le réel et n'a que faire des mondes idylliques autrefois représentés par les productions de l'Age d'or. Les mouvements de protestation de mai 68, Woodstock et la guerre du Vietnam ont ouvert la voie à un cinéma engagé et contestataire, dont les figures ne sont plus des héros mais des martyrs sacrifiés sur l'autel d'autorités violentes et corrompues. Les cinéastes dénoncent le racisme ordinaire, le massacre des Indiens, l'absurdité et les atrocités de la guerre, l'impuissance des citoyens face aux hommes politiques sans scrupules.

min ciminoSous l'influence du néoréalisme italien et de la Nouvelle Vague française, le cinéma sort des studios. Les cinéastes tournent en extérieur, dans des décors naturels (souvent urbains), dans un style parfois proche du documentaire. L'utilisation très novatrice de la caméra portée, renforce l'idée d'une approche réaliste, exprimant un point de vue subjectif sur le monde. L'ère du grand spectacle hollywoodien est révolue ; place aux drames crépusculaires et intimistes reflétant une vision du monde plutôt désespérée... mais pas seulement !

Autrefois salariés au service des tout-puissants studios, les réalisateurs disposent désormais du « final cut », c'est-à-dire du pouvoir de décision finale. Le cinéaste impose sa vision du film, il en est maître de bout en bout et peut décider d'intervenir à toutes les étapes, aussi bien à l'écriture du scénario qu'au montage ou à la production. Très cinéphile, une nouvelle génération de cinéastes voit le jour, qui se réclame de la tradition européenne du cinéma d'auteur. Un esprit de liberté est revendiqué, où l'essentiel n'est pas de plaire au plus grand nombre de spectateurs, mais plutôt d'affirmer une vision du monde personnelle, originale, audacieuse et subtile. La grammaire cinématographique en est transformée : le récit et le montage se déstructurent, les personnages quittent leurs apparences manichéennes pour devenir ambivalents, voire opaques, les fins sont plus ouvertes. Le cinéma devient un champ d'expérimentation dont la seule règle pourrait être : pas de règles !

L’ajout de commentaire n’est pas autorisé, vous devez vous connecter