Mon compte

Identification OPAC

Mes recherches

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

min clydeNouvel âge, nouveaux visages

En 1967, Arthur Penn réalise Bonnie and Clyde, film âpre et violent dont l'évidente critique du pouvoir et des autorités rompt avec les codes du film de gangsters en vigueur sous l'Age d'or. La même année, Mike Nichols met en scène, dans Le lauréat, un personnage en rébellion contre le monde bourgeois et puritain dont il est issu. Easy rider, réalisé en 1969 par Dennis Hopper, lance la vague des road movies contestataires. En pleine guerre du Vietnam, Robert Altman signe MASH, satire caustique et antimilitariste. John Cassavetes quitte les productions commerciales et les séries B pour mettre en scène les névroses des quadragénaires de la classe moyenne américaine.

min zombieLes genres classiques du cinéma américain sont revisités. Des cinéastes comme Sam Peckinpah, Sydney Pollack ou Clint Eastwood, utilisent le western pour magnifier des hors-la-loi, des bandits ou des aventuriers désabusés, et critiquer un Etat tout-puissant et sans pitié. Woody Allen, silhouette frêle et lunettes rondes, devient la figure emblématique de l'anti-héros éternellement contrarié dans la réalisation d'objectifs flous et contradictoires. Ses névroses, sexuelles la plupart du temps, font l'objet de comédies très personnelles, à l'humour juif new yorkais corrosif. Le film de genre (horreur et science-fiction) n'est pas en reste. George Romero, Tobe Hooper, Roman Polanski, John Carpenter, Stanley Kubrick, Brian De Palma, George Lucas, Ridley Scott, posent les bases du film de genre moderne : critique acerbe et pessimiste d'une société menacée par le racisme, la pollution, le militarisme forcené et la consommation de masse.

La musique tient une place importante dans les films du Nouvel Hollywood. La musique populaire des années 1960-70 y est largement utilisée comme bande originale, et des cinéastes comme Bob Rafelson, Bob Fosse, Martin Scorsese ou Milos Forman renouvellent, dans une veine souvent documentaire ou psychédélique, le film musical.

min nicholsonCôté acteurs, le glamour qu'imposait le star system depuis les années 30 a disparu. Les grands rôles du Nouvel Hollywood ne sont pas des canons de beauté au sens où l'entendait l'Age d'or, mais la puissance de leurs interprétations et leur magnétisme leur valent une reconnaissance immédiate, tant aux Etats-Unis qu'en Europe. Les acteurs majeurs de l'époque sont Jack Nicholson, Robert de Niro, Dustin Hoffman et Al Pacino. Gene Hackman, Robert Duvall, Martin Sheen, James Caan, John Cazale, Richard Dreyfuss, Donald Sutherland, Bruce Dern, Warren Beatty et Robert Redford, comptent également parmi les acteurs de premier plan du Nouvel Hollywood. Certains d'entre eux assument également les fonctions de réalisateur et de producteur, ce qui était impossible dans l'ancien système. Certains acteurs déjà reconnus voient leur carrière relancée sous le Nouvel Hollywood : Paul Newman, Burt Reynolds, Steve McQueen, Burt Lancaster, sans oublier Marlon Brando, auquel le rôle de patron de la pègre du Parrain confère définitivement le statut de légende du cinéma. Le Nouvel Hollywood laisse peu de place aux actrices pour les rôles principaux. Cela peut s'expliquer par une certaine masculinité des thèmes évoqués plus haut. Néanmoins les carrières de Faye Dunaway, Jane Fonda, Barbra Streisand, Diane Keaton, Liza Minnelli, Ellen Burstyn, Shelley Duvall, Susan Sarandon, Sissy Spacek et Meryl Streep, naissent à cette période. 

L’ajout de commentaire n’est pas autorisé, vous devez vous connecter