Mon compte

Identification OPAC

Mes recherches

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

min nicolas2Une tragédie impériale (Perrin, 2015)

Une biographie illustrée du dernier tsar de Russie et de sa famille au destin fascinant et bouleversant qui s'achève en tragédie.

L’ouvrage de Jean des Cars, « Nicolas II et Alexandra de Russie, une tragédie impériale », paru aux éditions Perrin est une biographie du couple formé par Nicolas II et Alexandra Fedorovna, derniers tsar et tsarine de toutes les Russies, et de leurs enfants : les grandes-duchesses Olga, Tatiana, Maria, Anastasia et le tsarévitch Alexis.

Du couronnement à l’assassinat de toute la famille, l’auteur nous conte à travers cette biographie, la vie du dernier couple impérial russe, des années de bonheur à l’épreuve de la guerre et des révolutions, des réformes intérieures au pouvoir de Raspoutine, de l’abdication au massacre. L’auteur réalise le tour de force de faire passer ces événements capitaux qui affectent l’empire russe à travers la vision et le comportement du couple impérial.

Coupable ou martyr ? Coupable et martyr ? Longtemps, l’histoire officielle, d’inspiration marxiste, a accablé Nicolas II, chargé de tous les crimes, accusé de toutes les erreurs. Depuis la chute de l’URSS, d’innombrables archives de la mémoire prérévolutionnaire sont devenues accessibles. Jean des Cars a fouillé ces documents historiques conservés à Moscou et à Saint-Pétersbourg et sélectionné des photographies inédites pour illustrer cet ouvrage. Le résultat de ces recherches nous est livré avec d’innombrables détails de l’existence de la famille impériale, y compris pendant leur captivité. Elles ont entraîné par ailleurs, une révision de son rôle, de son attitude, de son influence ; les drames personnels qu’il a subis et l’engrenage de la Première Guerre mondiale nous montrent un autre souverain, un homme différent de celui qu’on présentait, dépassé par les événements, miné par la fatalité et finalement broyé par une histoire éminemment tragique. 

Terminons par cette citation du père Tikhon, patriarche de la Russie moscovite et de toute la Russie, le 21 juillet 1921 et reprise par l’auteur: « Nous n’allons pas ici juger et évaluer l’action de notre ancien souverain : son jugement impartial appartiendra à l’histoire, et il se trouve aujourd’hui devant la justice du Seigneur, mais nous savons qu’il renonça au trône, en pensant au bien de la Russie et par amour pour elle. Après son abdication, il aurait pu trouver refuge à l’étranger et s’y établir assez tranquillement mais il ne le fit pas, désirant souffrir avec la Russie. ».

Laissons le lecteur en juger...

Patrick B.

Voir sur le catalogue

L’ajout de commentaire n’est pas autorisé, vous devez vous connecter