Mon compte

Identification OPAC

Mes recherches

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

min diamantUn drame familial et un polar avec Niels Schneider, August Diehl, Hans Peter Cloos (2016)

Et si le meilleur moyen de se venger d'une famille, c'était d'en faire partie ?

Pier Ulmann vivote à Paris, entre chantiers et larcins qu’il commet pour le compte de Rachid, sa seule "famille". Son histoire le rattrape le jour où son père est retrouvé mort dans la rue, après une longue déchéance. Bête noire d’une riche famille de diamantaires basée à Anvers, il ne lui laisse rien, à part l'histoire de son bannissement par les Ulmann et une soif amère de vengeance. Sur l’invitation de son cousin Gabi, Pier se rend à Anvers pour rénover les bureaux de la prestigieuse firme Ulmann. La consigne de Rachid est simple : "Tu vas là-bas pour voir, et pour prendre"...

Le film s'ouvre sur une séquence cauchemardesque très stylisée et intrigante. Sans cesser d'intriguer, le style se déplacera ensuite de l'onirisme vers le réalisme le plus brut, non dénué de lyrisme. Car à l'image du diamant doté de multiples facettes, le film est à la croisée de plusieurs genres : le polar (Pier est un petit escroc qui pourrait bien devenir gros) ; la peinture sociale (l'univers feutré des diamantaires, pour la première fois le cadre d'un film de fiction) ; le documentaire (l'atelier du film est l'un des derniers ateliers du quartier diamantaire d'Anvers) ; le film noir (les motivations, sentiments des personnages, sont empreints d'ambiguïté). La tragédie shakespearienne cimente le tout et distille une tension palpable : tel Hamlet. Pier veut venger son père en détruisant sa famille, qu'il tient pour responsable, et va pour cela intégrer un milieu qu'il ne connaît pas.

Avec une telle intrigue romanesque et un tel décor cinématographique, Diamant noir, premier long métrage de Arthur Harari, tient en haleine de bout en bout. Atypique, à la fois lyrique et très incarné, le film a obtenu le Prix Spécial du Jury au dernier festival du film policier de Beaune.

Aline B.

Voir sur le catalogue

L’ajout de commentaire n’est pas autorisé, vous devez vous connecter