Mon compte

Identification OPAC

Mes recherches

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

min bauerUn thriller historique avec Burghart Klaussner (2016)

« Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l’oubli » (Elie Wiesel)

En 1957, le juge Fritz Bauer apprend qu'Adolf Eichmann se cache à Buenos Aires. Les tribunaux allemands préfèrent tourner la page plutôt que le soutenir. Fritz Bauer décide alors de faire appel au Mossad, les services secrets israéliens...

Ce film nous présente donc l’homme à l’origine de la traque d’Adolf Eichmann : le juge et procureur juif allemand Fritz Bauer. Vindicatif, obsédé par son travail, ayant renoncé à sa vie familiale, pouvant se montrer agressif lorsqu’il s’agit de défendre ses convictions, l’homme a du charisme et séduit immédiatement par la force hors norme de son engagement. Au sein d’un système judiciaire toujours infiltré par d’anciens nazis, ses appuis sont peu nombreux. L’Allemagne n’est pas encore prête à affronter son passé ; pour le chancelier Adenauer, l’heure est avant tout à la réconciliation franco-allemande. Pour mettre la main sur l’architecte du plan d’extermination des Juifs d’Europe, et le faire condamner en Allemagne, Fritz Bauer va devoir ruser. Et se rendre coupable de trahison envers son propre pays.

La traque d’Adolf Eichmann présente tous les ingrédients d’un solide thriller d’espionnage, avec multiples rebondissements. L’ancien dignitaire nazi se terre en Argentine, à Bueno min fritzs Aires, où son fils Klaus entretient une relation avec la fille d’un rescapé juif du camp de concentration de Dachau. Prévenu par courrier, Fritz Bauer, qui ne peut compter sur aucune autorité allemande, fait alors appel aux autorités israéliennes. Le Mossad finira par localiser précisément Eichmann, puis par élaborer un plan d’enlèvement qui conduira à son procès en Israël, à partir de 1961, et son exécution par pendaison en 1962.

Mais le film est plus qu’un passionnant thriller historique. Les scénaristes ont souhaité évoquer la thématique de l’homosexualité, et sa répression encore très virulente dans l’Allemagne des années 50. Le jeune procureur idéaliste Karl Angermann (seul personnage fictif du film), avec qui Fritz Bauer noue une relation d’amitié, est condamné à la prison pour homosexualité. Le réquisitoire contre l’oubli collectif devient plaidoyer pour les libertés individuelles.

Le film fait par ailleurs écho à un autre thriller historique, Le labyrinthe du silence (2015), mettant en scène un jeune procureur allemand déterminé à juger d’anciens SS ayant servi à Auschwitz. Quand le cinéma se met au service de l’Histoire, au service de la mémoire, le spectateur en sort forcément grandi.

En ce 27 janvier, date anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, devenue journée de la mémoire de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’Humanité, souvenons-nous de Fritz Bauer : l’homme qui consacra toute sa vie à une cause, en faisant preuve d’humour à l’occasion. A un procureur qui lui demanda un jour : « Vous chassez, Fritz ? », il répondit malicieusement : « Oui, mais pas les animaux »...

Aline B.

Voir sur le catalogue

L’ajout de commentaire n’est pas autorisé, vous devez vous connecter