Mon compte

Identification OPAC

Mes recherches

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

Jour 4 : Vendredi 30 mars 2017, du côté de Pagny

Rémi Checchetto est un drôle d'oiseau migrateur qui choisit un coin du CDI tout près du magnolia et se pose sur le dossier d'une chaise pour se mettre l'écoute des ados, répondre à leurs questions, tout d'abord par une boutade, le temps pour lui de trouver une meilleure réponse !
Peut-on résumer l'échange qui s'est produit pendant ces 3 h de bonheur ?

La première heure était favorable à une relative prise de notes, puisque c'était une séance questions-réponses.
Le père de Rémi était mineur du côté de Briey,
          mais sa famille a quitté la Lorraine alors qu'il avait 5 ans.
                        Lui travaille aussi avec sa mine...de crayon !
                                L 'anagramme de son prénom est : Rime !

Son instituteur jouait au ballon avec eux dans la cour de récréation.
Lui-même a eu plusieurs métiers : tout d'abord, il a été reporter-photographe de guerre. Actuellement il est écrivain - poésie et théâtre surtout - et toujours photographe. Il est resté curieux de tout et continue à raconter le monde. Il écrit partout ! Chez lui, dans sa bibliothèque, au café, dans le train, à l'hôtel ou dans sa résidence d'artiste. Il aurait aimé être médecin.

C'est un admirateur de Georges Simenon, mais aussi de Francis Ponge, Marguerite Duras, Cormac McCarthy. Côté photo, son modèle est Joseph Koudelka.

Photographier, écrire, c'est à son sens essayer de saisir ce qui n'arrête pas de bouger,
de fixer ce qui est insaisissable.

Ses photos sont flous, comme sont flous les souvenirs.
Mais la photo ou la poésie ?

Ce sont deux « moyens de transport » différents. La photo, c'est extérieur et l'écriture, c'est intérieur. La poésie est ce qui est le plus proche des mots. Je préfère le noir et blanc à la couleur, et d'ailleurs au départ mes photos sont en couleurs, puis en noir et blanc. La page aussi, elle est en noir et blanc.

Quant à la ponctuation je n'en mets pas car le théâtre c'est la voix c'est le souffle

Le roman, c'est de la couleur, mais la poésie, c'est du noir et blanc.
C'est la PRESENCE A LA FEUILLE.
On peut très bien ne rien faire, s'arrêter, et alors on trouve des trucs en soi-même, ne serait-ce que déplacer un objet dans sa chambre...

MERCI REMI !

 

ppagny1Pendant les deux heures suivantes, à l'aide de quelques consignes très simples,
les élèves se sont prêtés au jeu de l'écriture, et cela a donné des surprises,
comme ce texte de Romain :
                             « DANS LE COIN DE LA MEMOIRE SOMBRE
                             L'AMOUR SERA EPANOUI A COUP DE LUMiERE »
ou celui de Victor :
                              « UN PETIT ENFANT NOIR
                              TRAVAILLE
                              DANS LA POUSSIERE ET L'OBSCURITE »

A la fin de l'intervention, Rémi s'est amusé avec les élèves à faire des tours
de cartes !

 

ppagny2Les élèves sont captivé(e)s !

« A quel âge avez-vous commencé à écrire ?
A 5 ans, comme toi ! »

Extrait de « Lui qui savait par coeur » :

« parfois le soir on s'adosse à l'arbre
et l'on voudrait qu'il soit
notre colonne de vertèbres
et dans les airs et dans les temps »

 

 

ppagny3« Veiller à ne rien empailler
autant le renard que l'arbre
que les gens que la cafetière

Ne pas coincer entre les pages de l'album
ne pas épingler
à peine toucher
apercevoir plutôt que voir
dire la couleur plutôt que la profondeur
laisser le mouvement aller sans y toucher
laisser le labyrinthe derrière soi »

                            Extrait de « Sepia », texte en cours.

 

ppagny4Léa comme vous ne l'avez jamais vue !                                 

« Les langues et les paysages de l'enfance seront convoqués,
comme l'oeil de la mémoire et de l'immédiat.
A partir d'eux une géographie se refera ou se fera,
des images en noir et blanc retrouveront des couleurs,
des paroles éteintes reviendront.
Et d'autres images arriveront, d'autres paroles aussi.
Ainsi les pages de l'ouvrage se tourneront-elles
tandis qu'une page d'un demi-siècle se tournera. »

Rémi Checchetto.

 

ppagny5

 

DIALOGUE SILENCIEUX
              SOUS LE REGARD
BIENVEILLANT
                  DE REMI

 

 

 

 

ppagny6

La Plante-Gribé, mardi 4 avril 2017.
Madame Ringenbach.

Merci à mesdames Noirot et Cantamaglia,
et à madame Maige.

Photos Christine Noirot