Mon compte

Identification OPAC

Mes recherches

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

min mezzanineTrip-Hop / Ambiant (Virgin Record, 1998)

Poésie sombre et libératrice : le meilleur album de tous les temps (rien que ça !).

Lorsqu’on chronique un album qui nous plait, l’objectivité est peu présente. Mais ici, elle sera complètement inexistante.

Nous sommes en 1998 et le groupe de Trip Hop Massive Attack vient de sortir le meilleur album de sa carrière : Mezzanine. Probablement l’album le plus abouti et complet jamais composé. Mélancolie, poésie, noirceur et plénitude : tout y est ! C’est un album riche en émotions et d’une sincérité exceptionnelle.

On commence avec le morceau Angel, qui débute sur une mélodie basse / batterie minimaliste mais terriblement pesante. Vient la voix envoûtante de Horace Andy, qui apporte un aspect à la fois torturé et apaisant à la mélodie. Puis arrive cette guitare au son distordu qui, avec la batterie, vient fracasser la mélodie pour la rendre plus profonde : un résultat tout simplement beau.

Vient ensuite Rising Son avec des influences plus Hip Hop, mais conservant la noirceur qui règne depuis les premières notes de l’album.

Teardrop ou probablement le titre le plus envoûtant jamais écrit ! C’est comme une douce étreinte sous un nuage un jour de pluie : il fait gris, on est un peu triste et pourtant on se sent serein. Le titre propose un répit plus que nécessaire, même s’il va être de courte durée. A la fois complexe et minimaliste, sa puissance et son intensité s’amplifient au fur et à mesure que le morceau avance.

S’enchaînent ensuite le très mystique et oriental Inertia Creep et le planant interlude Exchange.

Puis vient un second chef d’œuvre : Dissolved Girl. En l’écoutant, on a l’impression de marcher dans les rues d’une cité à la fois sombre et charmeuse, en somme la BO parfaite d’une errance nocturne dans un milieu urbain sulfureux. La voix sensuelle de Sara Jay ne pourra pas vous laisser indifférent. A mi-chemin entre Trip Hop, Industriel et rock alternatif, ce morceau saura satisfaire à peu près tous les types d’auditeurs tant les influences sont nombreuses.

Le titre Man Next Door vient également apporter un petit lot de plénitude et de sérénité qui, à nouveau, contrebalance avec l’obscurité ambiante. On retrouve à nouveau Horace Andy, mais avec cette fois-ci un chant beaucoup plus apaisé, moins torturé que sur Angel.

On finit l’album sur les 3 titres un tantinet psychotiques mais terriblement saisissants que sont Black Milk, Mezzanine et Group Four, qui dans leur folie apportent aussi une atmosphère étrangement calme et relaxante.

On conclut sur une reprise de Exchange pour une dernière lueur de sérénité.

En somme, un album riche, sombre et poétique, teinté de passages plus sereins et paisibles (Teardrop, Exchange, Man Next Door) qui nous laissent le temps de reprendre nos esprits. Cet album est une vague sonore et émotionnelle, qui nécessitera probablement plusieurs écoutes avant de réellement l’apprécier mais prenez le temps de vous y arrêter, vous ne le regretterez pas!

Pierre S-G.

Voir sur le catalogue