Mon compte

Identification OPAC

Mes recherches

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

min marcherdroitRoman (Verdier, 2006)

Un récit plein d'humour qui met à mal les conventions sociales.

Lors de l’enterrement de sa grand-mère, un homme se livre. Atteint du syndrome d’Asperger, il est incapable de cacher ses émotions.
Amateur de scrabble, de catastrophes aériennes (mais uniquement de l’aviation civile), il voue un culte à la sacro sainte Vérité ainsi qu’à Sophie Sylvestre, son amour de jeunesse.
Aussi ce qu’il entend d’éloges et de vertus ayant émaillé la vie de la défunte lui font voir rouge ! Cette femme était tout sauf les inepties de l’éloge funèbre et il s’en faut de peu pour qu’il ne rétablisse les faits, actes et pensées devant l’assemblée ! L’ingénu profite de ce monologue intérieur pour égratigner tous les membres de sa famille, dévoilant leurs secrets et petites lâchetés.
Livré sans filet à la société, le décalage entre les conventions et son besoin de vérité en font un être incapable de s’intégrer, toujours en décalage avec son entourage.

128 pages de plaisir avec ce petit livre.
Touchantes de sincérité, attendrissantes et drôles, les pensées du narrateur partent à l’assaut de l’hypocrisie dont chacun fait preuve (surtout lors des enterrements). L’auteur, psychiatre à ses heures perdues, offre un portrait inattendu de la société par le prisme d’un narrateur marginal.

Extrait :
Ma tante Lorraine, encore elle, a obtenu de lire un poème de son cru dont l’indigence le dispute à l’insincérité:
« Maman joyeuse, maman rieuse, maman gracieuse, maman rêveuse, maman chaleureuse, maman travailleuse, maman berceuse, maman fabuleuse, maman facétieuse, maman lumineuse, maman tricoteuse, maman audacieuse, maman généreuse, maman fougueuse mais
surtout maman heureuse. »
Certes, ma grand-mère Marguerite entretenait sa maison et aimait tricoter, mais pour le reste le portrait prend beaucoup de libertés avec le modèle. Quitte à retenir cette forme littéraire simplette, à la place de ma tante Lorraine j’aurais personnellement écrit :
« Maman menteuse, maman grincheuse, maman teigneuse, maman coureuse, maman oublieuse, maman rabâcheuse, maman truqueuse, maman râleuse, maman boudeuse, maman sermonneuse, maman cauteleuse, maman querelleuse, maman chicaneuse, maman rancuneuse, et surtout maman malheureuse. (p. 12-13)

Laurence F.

Voir sur le catalogue