Mon compte

Identification OPAC

Mes recherches

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

min louiseUne robinsonnade animée, avec la voix de Dominique Frot (2016)

Quand rater un train peut avoir des conséquences... inattendues !

À la fin de l'été, Louise voit le dernier train de la saison, qui dessert la petite station balnéaire de Biligen, partir sans elle. La ville est désertée. Le temps rapidement se dégrade, les grandes marées d'équinoxe surviennent, condamnant maintenant électricité et moyens de communication. Fragile et coquette, bien moins armée que Robinson, Louise ne devrait pas survivre à l'hiver. Mais elle n'a pas peur et considère son abandon comme un pari. Elle va apprivoiser les éléments naturels et la solitude. Ses souvenirs profitent de l'occasion pour s'inviter dans l'aventure…

Louise en hiver est le cinquième long métrage du maître de l’animation française Jean-François Laguionie. Il s’agissait à l’origine d’un petit conte écrit dans les années 80. Le personnage de Louise s’inspirait alors de la mère du réalisateur, puis est venu le temps où le cinéaste a commencé lui-même à avoir l’âge de son personnage.

Le propos du film est à l’image des décors, vastes étendues lumineuses aux tons pastel : subtil, doux, changeant, ouvert. Les situations réalistes dans lesquelles Louise doit organiser son quotidien pour survivre, telle Robinson Crusoé, alternent avec des séquences plus oniriques, au cours desquelles les souvenirs affluent. De cet incident déplaisant (rater son train), qui force la vieille dame à se poser mille questions et la fait passer par divers états successifs (culpabilité, contrariété, impatience de rentrer chez elle…) va émerger peu à peu autre chose. Comme une autre façon d’être à soi-même et au monde, plus libre, débarrassée de toute attente. Ainsi s’émerveille quotidiennement Louise, qui a choisi de quitter sa maison pour habiter sur la plage : « Chaque matin je découvre un autre ciel, une autre plage, rien que pour moi ». Ce lâcher prise, cette acceptation du présent et de tout ce qu'il contient, l’accompagnent désormais sur ce qui semble être la fin du chemin… à moins que ce ne soit le début d’une nouvelle route ?

 Aline B.

Voir sur le catalogue

 

L’ajout de commentaire n’est pas autorisé, vous devez vous connecter