Mon compte

Connexion

Mes recherches

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

min sensLa comédie anti blues de rentrée avec Jean-Pierre Bacri, Gilles Lellouche, Jean-Paul Rouve, Vincent Macaigne (2017)

Allez, on fait tourner les mouchoirs !

Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes, il en a organisé des centaines. Aujourd'hui c'est un sublime mariage dans un château du 17ème siècle. Comme d'habitude, Max a tout coordonné : il a recruté sa brigade de serveurs, de cuisiniers, de plongeurs, il a conseillé un photographe, réservé l'orchestre, arrangé la décoration florale, bref tous les ingrédients sont réunis pour que cette fête soit réussie. Mais la loi des séries va venir bouleverser un planning sur le fil où chaque moment de bonheur et d'émotion risque de se transformer en désastre ou en chaos...

Olivier Nakache et Eric Tolédano ont le sens du rythme, indéniablement ! Une fois de plus, ils prouvent leur talent à mettre en scène des groupes, après Nos jours heureux, qui nous emmenait en colonie de vacances, et Tellement proches, qui nous plongeait au cœur des névroses familiales. Cette fois, l’immersion dans les coulisses de la préparation d’un mariage, suit tour à tour les protagonistes sans aucun temps mort, au gré des humeurs et petites (ou grosses) contrariétés de chacun. Ce mariage est en fait le prétexte à un savoureux portrait de groupe, où personne n’a été oublié, de Jean-Pierre Bacri impérial en boss au bord de la crise de nerfs, jusqu’aux nombreux seconds rôles savoureux et réjouissants : l’ex prof dépressif qui vient bosser en pyjama (« C’est pas un pyjama, c’est un pantalon de maison »), le marié arrogant et casse-pieds qui a confondu mariage et numéro d’auto promotion, le photographe has been et pique-assiette flanqué d’un stagiaire troisième qui va lui faire découvrir les plaisirs de la géolocalisation…

Là où le duo Nakache/Tolédano excelle, c’est quand il s’agit de réconcilier les contraires, de se jouer de nos différences sociales, de redonner toute sa noblesse et tout son sens à ce fameux « vivre ensemble ».  La barre avait déjà été placée très haut en 2011 avec Intouchables ! On pourrait citer bon nombre de comédies qui s’y sont cassé les dents, sombrant dans la caricature grossière et la mièvrerie… Preuve que l’exercice de la comédie sociale reste particulièrement ardu. Avec humour et tendresse, Le sens de la fête rend hommage à ces personnages profondément humains et attachants. Hommage au patron, proche de la ruine et du désespoir malgré son acharnement et sa bonne volonté, car pas soutenu par un système injuste et destructeur. Hommage aux « petites mains », aux travailleurs de l’ombre, capables de débrouillardise et de créativité pour sauver l’entreprise du naufrage…

En cinq films, les deux compères ont parfaitement rempli leur mission, et pas des moindres : faire rire des millions de spectateurs (pour rappel, près de 20 millions pour Intouchables !), et au passage, faire reculer quelques clichés… Chapeau, Nakache et Tolédano !

Aline B.

Voir sur le catalogue

 

L’ajout de commentaire n’est pas autorisé, vous devez vous connecter