Mon compte

Identification OPAC

Mes recherches

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

min premiereanneeUne comédie dramatique avec Vincent Lacoste et William Lebghil (31 juin films, 2018)

Au cœur de l’impitoyable première année de médecine...

« Première Année Commune aux Études de Santé » (PACES) ou plus simplement appelée « Première Année » est une année redoutable et impitoyable pour de nombreux étudiants. En effet, du fait du Numerus Clausus (« nombre fermé ») seul 20 % d’entre eux passeront en deuxième année, toutes filières confondues (médecine, odontologie, pharmacie, sage-femme) afin de ne retenir que les meilleurs candidats.

Ce monde de sélections et de concours, Antoine (Vincent Lacoste) le connait bien, lui qui triple sa première année et qui souhaite plus que tout devenir médecin. Elève passionné et acharné, de condition modeste, il va rencontrer Benjamin (William Lebghil) fils de médecin tout juste du lycée et qui ne sait pas trop quoi faire de sa vie. Ces deux jeunes hommes que tout oppose vont nouer une solide amitié qui sera pourtant mise à rude épreuve par les enjeux de cette année décisive.

On pourrait qualifier ce film de docu-fiction tant il relate avec précision le quotidien effréné des étudiants en médecine : les amphis bondés et la longue file d’attente pour y accéder, les longues heures de révisions à la bibliothèque universitaire, le nombre incalculable de cours et de polycopiés à apprendre par cœur, les salles d'examens peuplées de milliers d'autres eux. Ils sont souvent contraints de mettre leur vie sociale entre parenthèse, ce qui les isole et parfois les entraine à la dérive et au burn-out.

Après Hippocrate (2014) et Médecin de campagne (2016), Thomas Lilti signe son troisième film sur le milieu médical. "Je voulais raconter la violence et l'épreuve que sont ces grands concours qui déterminent toute une vie". Le réalisateur avait à cœur de montrer la dureté de cette première année où la course à la performance crée une ambiance oppressante et individualiste. Si un étudiant abandonne, c’est une aubaine pour les autres «  ça fait une place en plus ». Heureusement il y a parfois l’entraide et les copains qui permettent de décompresser et d’optimiser les révisions.

Malgré une fin un peu convenue, Thomas Lilti raconte avec justesse le long parcours de la première année de médecine.

Anne-Sophie C.

Voir sur le catalogue

 

L’ajout de commentaire n’est pas autorisé, vous devez vous connecter