Mon compte

Identification OPAC

Mes recherches

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

min loversUne romance contemplative avec Tilda Swinton, Tom Hiddleston et Mia Wasikowska (2014)

Vampire, vous avez dit vampire ?

Dans les villes romantiques et désolées que sont Détroit et Tanger, Adam, un musicien underground, profondément déprimé par la tournure qu’ont prise les activités humaines, retrouve Eve, son amante. Leur histoire d’amour dure depuis plusieurs siècles, mais leur idylle est bientôt perturbée par l’arrivée de la petite sœur d’Eve, aussi extravagante qu’incontrôlable. Ces deux êtres en marge, sages mais fragiles, peuvent-ils continuer à survivre dans un monde moderne qui s’effondre autour d’eux ?

Les premières scènes, d’emblée, installent une atmosphère profondément envoûtante : elle, blafarde et voilée, sort de chez elle et traverse les ruelles d’une ville orientale, qu’on ne situe pas encore. Lui prend sa voiture, de nuit aussi, et traverse une ville américaine à l’abandon, totalement déserte. Où vont-ils ? On devine l’urgence de leur mission… Tout le plaisir du film est là : découvrir comment le contemplatif Jim Jarmusch (Dead Man, Ghost Dog), revisite et s’approprie le mythe du vampire. Avec classe, of course…

Du sang, le spectateur en verra très peu. Ce n’est pas tant leur condition de vampire qui caractérise Adam et Eve, que leur soif de poésie, de musique, et d’amour. Le cinéaste les filme comme des êtres lumineux, attentifs l’un à l’autre (et aux autres), amants passionnés de littérature. Leurs états d’âme sont plus douloureux que le manque de sang… Si Eve, éternelle optimiste, se repait de pouvoir admirer sans fin la nature et la beauté des objets, Adam, plus fragile, supporte de moins en moins la folie destructrice des « zombies » (les humains). Etrange basculement qui voit les vampires se comporter de manière plus respectueuse et plus écologique que les humains ! Il leur deviendra ainsi difficile de s’abreuver à la source, car les humains, dans leur entêtement aveugle, ont contaminé leur propre sang…

L’envoûtement tient donc à ces deux êtres magnifiques (Tilda Swinton et Tom Hiddleston, charismatiques à souhait), et aux décors dans lesquels ils évoluent : Tanger, lumineuse, chaleureuse et colorée ; Detroit, sombre et désolée (« Cette ville renaîtra », prédit Ava), et l’appartement feutré d’Adam, ambiance dandy décadent. Comme les personnages, nous ne verrons jamais la lumière du jour… L’arrivée de la petite sœur d’Eve créé un décalage comique. Celle-ci, extravertie, incontrôlable et vorace (contrairement à ses aînés) se fait sermonner après une nuit bien arrosée, dans tous les sens du terme : « Nous sommes au 21ème siècle, ça ne se fait plus… »

Comme toujours chez Jarmusch, la musique est au cœur du film. Le rock psychédélique planant de Jozef van Wissem (avec qui le cinéaste a signé deux albums) nous entraîne loin, très loin… et nous hypnotise tel un vinyle tournant sans fin sur sa platine.

Osons le mot : chef d’œuvre… et ce n’est pas un poisson d’avril !

Aline B.

Voir sur le catalogue

 

L’ajout de commentaire n’est pas autorisé, vous devez vous connecter